•  « Pourquoi les Chinois et les Indiens, s’interroge Georges Prat, observent-ils des règles très strictes de construction, et pas les constructeurs de maison des pays occidentaux ? »
    Précisons que les règles en question ne sont évidemment pas techniques, mais d’un tout autre ordre, prenant en compte les « vibrations » et « résonances » dont l’être humain ne peut impunément faire abstraction.
    L’acte de construire n’est jamais neutre. Il n’est - ou ne devrait être - qu’une expression parmi d’autres d’une présence harmonieuse de l’homme dans l’univers. Nos Anciens, qui ont construit les Pyramides, les cathédrales ou autres « hauts lieux vibratoires », en tenaient compte plus ou moins instinctivement. Ils savaient, préalablement au geste bâtisseur, « capter, là où il le fallait, les énergies venant des entrailles de la terre en même temps que du ciel ».


    Don son livre « L’Architecture invisible », G. Prat, lauréat du prix constructeur à Perpignan , nous emmène vers un champ d’explorations et de constats aux frontières de l’étrange. Il y est question de chakras, de points géopathogènes, de mémoire des murs, de géobiologie, de divine proportion universelle (Nombre d’or), de flux sacrés dans la construction d'une maison… Sa démarche, toutefois, se veut « le plus possible scientifique », animée par le souci d’applications concrètes dans la conception de notre habitat (son emplacement, son orientation, sa forme).


    Et l’auteur de conclure, expérience professionnelle à l’appui, qu’une maison « maudite » n’est jamais une fatalité et qu’il y a toujours une solution pour la rendre « saine », donc réellement habitable.

     Il rappelle ainsi à sa manière ce principe fondamental qui a, de tout temps, guidé les bâtisseurs : construire pour l’homme, pour son bien-être. (éditions Arkhana Vox, 1999, 320 pages)


  •  

    «C’est toujours un moment que l’on aime bien...» confie Julien M. au moment d’attaquer en ce mercredi de mai sa 9ème saison comme gardien du refuge d’En Beys au côté de Sylvain Freche.

    Montagne - le refuge d'En Beys ouvre ses portes



    Ils passeront 4 mois à près de 2000 mètres d’altitude, dans ce refuge que l’on atteint en 3h de marche depuis le parking de Fanguil, en plein cœur de la Réserve nationale d’Orlu en Haute-Ariège.

    Construit sur l'emplacement d'une ancienne cabane, il a ouvert en 1978, puis a été agrandi en 1988.

    Là haut, c’est encore le calme des premiers jours avant le boom des mois de juillet et d’août, «un moment où on a vraiment le temps d’échanger avec les gens qui passent»

    Même s’il reste encore des dizaines de cartons à déballer. En 7 rotations, l’hélicoptère a laissé 4,7 tonnes de vivres et de matériels, en présence de nombreux montagnards venus donner un coup de main.

    Car derrière la carte postale, la gestion d’un refuge de haute montagne (par définition isolé) implique une sérieuse logistique.

    Avec du gaz, des boissons, des conserves, des produits frais (pains, légumes), le refuge pourra tenir jusqu’au prochain ravitaillement au mois de juillet. Le reste est monté à pied.

    Et il faut maintenant s’atteler à remettre le bâtiment (d’une capacité d’accueil de 70 personnes) en état de marche. Le «redéplier», comme dit son gardien après des mois de sommeil hivernal.

    Des randonneurs, des retraités, des groupes, des scolaires, des pêcheurs... des dizaines de personnes y passeront la nuit.

    «L’an dernier on a fait presque 3000 nuitées» explique Julien, qui a vu son métier évoluer au fil des années, avec la démocratisation de l’accès à la montagne.

    Les gardiens de refuge sont des écolos avant l’heure, puisque les conditions de la haute-montagne les ont toujours obligé à être économe en énergie et à trier leurs déchets.

    Aujourd’hui «la première chose que beaucoup de randonneurs demandent est: est-ce que vous avez des douches ?! On passe aussi notre temps à expliquer d’où vient l’eau et comment on gère les déchets: tout ce que l’on monte en montagne, il faut le redescendre !»

    Au refuge d’En Beys, l’électricité fonctionne avec le solaire. Pour l’eau, un captage est installé sur le lac. Le gaz (pour la cuisson et l’eau chaude) est acheminé par les airs. Quant aux déchets, «ils sont redescendus par hélicoptère»

    On est loin de la cabane sommaire qui accueillait autrefois les montagnards pour la nuit.



  •  

    Il s’en est construit des choses sur Montpellier depuis 2006 : quartier Malbosq entre le Conseil Général à Alco et La Paillade; Port Marianne et parc Marianne; Odysséum; le quartier de l’Ovalie du nom du stade multi-sport récent; et bientôt le quartier d’Oz, jusqu’à l’actuelle auto-route qui va devenir une rocade; sans parler de la peut-être future 2eme gare (TGV). Montpellier est au Sud une ville toute neuve qui respire l’innovation avec ses trams qui descendent jusqu’aux plages. Le tout en 6 ou 7 an ! * dans un autre billet on parlera de Barcelone ville qui a considérablement changée depuis les années 90

    quartier Port Marianne Montpellier

    C’est là qu’est installée la somptueuse mairie à l’apparence pourtant bien austère avec sa couleur bleu/noire. Réalisée par l’incontournable Jean Nouvel elle tranche par son apparence avec les quartiers environnants, aux couleurs ensoleillées. Cependant force est de constater l’ultra-modernité du lieu : dès le hall d’entrée on a l’impression d’être à L’ONU ou dans quelque autre organisation internationale de ce type. Les alentours de la mairie sont paysagées par sentiers, pelouses et points d’eau. A juste titre car comme son nom l’indique Port marianne devait être une marina à l’origine.

    Dans ce quartier neuf où immeubles privés côtoient superbes logements sociaux, un projet d’appartements prestiges va voir le jour : le projet Art Code dont les appartements se vendent 5000€ le mètre carré. On est loin des devis rénovation appartement Montpellier demandés vers les quartiers des Cevennes, Alco ou Gambetta...

    Quartier Parc Marianne

    Tout proche du précédent, ce quartier s’organise autour d’un vaste parc boisé et à la particularité d’avoir des immeubles et résidences possédant chacun un design original, particulier : immeuble dont la façade est rouge et grillagée; immeuble en fer forgé aux motifs de fleurs et feuilles; immeuble à façade en bois ipé… Les architectes s’en sont donné à coeur joie pour ériger des bâtiments originaux qui rendent reconnaissable ce quartier.

    Noter qu’une autre attraction de ce lieu est sa fontaine-miroir parait-il réfléchissante…

    Là aussi quartier tout neuf dont le prix moyen à la location atteint 1100€ pour un T3, selon des agences immobilières contactées.

    Et donc, juste après ce quartier, en direction des plages vers le Sud, se situera le futur quartier d’Oz, dont rien que le nom promet.

    Voila donc effectué un petit tour du Montpellier nouveau, qui, touristiquement pour celui qui aime flâner, constitue une belle promenade : depuis les bords du Lez et du quartier Antigone jusqu’au quartier des Loisir Odysseum ou du côté les quartiers Marianne.

     


  •  

    Ouverture de la pêche ce samedi 14 mars en Ariège

     

    Elle concerne les passionnés, les confirmés, les débutants, les enfants de moins de 12 ans, les femmes en quête de sensations nouvelles.

    Une bible de 76 pages vous explique la réglementation, le classement, les parcours touristiques et labellisés, les rivières, les plans d’eau privés ou pas, les espèces, les contacts, les nouveautés, les animations, les ateliers, les aménagements handipêche.

    Ce manuel est disponible dans tous les offices de tourisme, les bureaux de tabac et de presse, les mairies…
    La pêche miraculeuse
    Zoom sur deux enfants dans les années 60 à Audressein qui péchaient les truites les pieds dans l’eau jusqu’aux genoux en les caressant sous le ventre.

    Une tradition courante qui nous a été rapportée dans la vallée par la suite. On avait déjà le dahu des Pyrénées, dans le Castillonnais on a la truite envoutée.

    Selon Geneviève et Baptiste, la pêche à la truite est douce et silencieuse, le poisson discret se cache dans un trou d’eau près d’un rocher et reste immobile.

    La technique est de s’en approcher tout doucement et de lui chatouiller le bidon, le salmonidé ne bouge pas, sourit de plaisir et se laisse attraper.

    Ensuite ces deux gamins de 64 ans nous expliquent qu’ils mettaient leur butin dans leurs grandes poches de pantalon pour échapper au cantonnier qui parvenait malgré tout à leur courir après au moins une fois sur trois. Quand les enfants croisaient le curé du village, ils ralentissaient pour le saluer.

    Ce dernier ne manquait pas de leur demander pourquoi leurs poches frétillaient autant ce à quoi les fripons interloqués répondaient en tâtant leurs habits innocemment, qu’ils s’étaient juste baignés dans la rivière habillés et que surement des poissons en avaient profité pour rentrer dans leurs poches.

    Quand le cantonnier arrivait à leur hauteur rouge et en sueur, le curé prenait la défense des enfants, enguirlandait le fonctionnaire l’accusant de prendre un malin plaisir à terrifier ces petites âmes angéliques envoyées de Dieu et qu’il pouvait déjà se préparer à venir à la messe le dimanche suivant.

     


  •  

    C’est une petite commune de 220 âmes tout près de Saverdun où le calme règne sur la plaine.

    L’Histoire y a fait un détour avec la présence d’un ancien château des comtes de Foix (réduit aujourd’hui à l’état de néant) dont la commune a pu conserver uniquement la crypte, ancienne chapelle du château.

    Il y a 42 ans, l’équipe municipale décide d’y effectuer quelques fouilles sommaires. Philippe Biopem, alors tout jeune conseiller municipal, se rappelle avoir creusé dans le sol.

    «A la base, on voulait savoir si la légende qui entourait la crypte était vraie. Elle disait qu’il existait un tunnel qui menait directement de la crypte à la plaine. Car quand le château était assiégé, les habitants pouvaient aller récupérer de l’eau et ainsi survivre.

    En creusant, je suis tombé par hasard sur des ossements. Une personne enterrée dans la chapelle dont nous avons récupéré les os pour les mettre dans un cercueil. Puis nous l’avons déposé dans le tombeau de la crypte accessible par un escalier. Et il y est toujours depuis
    » raconte celui qui est devenu maire de Canté depuis 2008.

    Des découvertes d'Histoire dans la crypte de l'église de Canté



    Lors de cette trouvaille inédite, les apprentis archéologues ont aussi mis la main sur cinq ou six objets religieux dont une croix et quelques poteries qui semblent provenir de l’époque des comtes de Foix. «Pour moi, les os retrouvés appartiennent à un comte de Foix car ils étaient installés dans le château»

    Ouvrir le patrimoine à tous ceux qui veulent le visiter
    42 ans plus tard, rien n’a vraiment changé dans cette crypte. C’est le maire qui s’occupe d’y réaliser des travaux qui permettront une accessibilité au public.

    «Cette crypte se visite, il faut juste que j’améliore quelques choses mais c’est intéressant à découvrir» justifie t-il.

    Accolée à la crypte, l’église de Canté trône depuis la fin du 15e siècle. Le clocher dont il ne reste plus grand chose date lui du 12e siècle. Plus aucune trace par contre du château dont la destruction a permis la construction de maisons du village.

    L‘autre fierté du village, ce sont les deux personnalités historiques qui y sont nées à deux époques bien différentes.

    En premier lieu, Jacques Fournier, né vers 1285 à Canté, issu d'une famille modeste du comté de Foix.

    Il devient pape à Avignon sous le nom de Benoît XII en 1334. Atteint de la gangrène, il décède le 25 avril 1342.

    Puis le Général Jacques-Thomas Sarrut, qui servit sous la Révolution française et le Premier Empire.

    Il est né le 16 août 1765 à Canté et est mort le 26 juin 1813, par suite de ses blessures reçues lors de la bataille de Vitoria en Espagne.

    Des descendants de ce général souhaitent entretenir la mémoire de leur ancêtre en disposant des documents inédits et intéressants au sein même de la crypte de Canté.

    Enfin, le maire a souhaité rendre hommage à ces deux personnalités de l’Histoire de France en donnant le nom d’une rue à chacune de ces personnes.






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires